Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 06:34

Article inédit

 

coze.jpgFerocias, qui se souvenait que Grand-Sachem-la-Brocante avait beaucoup aimé "Moeurs et histoire des peaux-rouges" par Réné Thévenin et Paul Coze", a fait parvenir à Grand-sachem un livre édité en 1932 écrit par Paul Coze. C'est l'occasion pour Grand-Sachem de s'intéresser à ce personnage, sans doute un des français qui a ouvert la voie pour une étude ethnologique des indiens d'Amérique en ce début de 20ème siecle.

Voici une synthèse de ce qu'en dit le chaman Wee-Kee-Pé-Dïa 

 

Paul Coze, né en 1903 à Beyrouth (Liban) et mort en 1974 à Phoenix (États-Unis) est un peintre, illustrateur, ethnologue et écrivain français, qui participa à la fondation des Scouts de France.

Sa famille de retour en France en raison de la guerre de 1914, Paul Coze, le 2 octobre 1915, à tout juste 13 ans, tenait une conférence sur le scoutisme devant des parents et leurs enfants. Ainsi fut fondée la première troupe scoute catholique en France.

 

Depuis son enfance, Paul Coze avait rêvé à la lecture des romans de Mayne-Reid ou de Fenimore Cooper aux mystères des terres de l'ouest, peuplées par des tribus indiennes fières et sauvages. Une rencontre allait déclencher en lui une véritable vocation, qui allait faire du jeune homme un spécialiste de la culture indienne. En 1920, il fait la connaissance d'un Peau-Rouge, instructeur dans une patrouille scoute américaine, qui lui transmet l'art d'utiliser le bois, de se camoufler, de lire une piste... Paul est pris alors d'une soif dévorante de connaissance des indiens et de leur culture, fasciné par la richesse de la philosophie et de la spiritualité indienne, transmise de générations en générations par des chants et des danses d'une beauté magique.

 

Étudiant à l'École nationale des arts décoratifs, il imagine un spectacle peau-rouge avec des costumes, des danses et des chants devant des parents et amis médusés mais curieux. Un certain nombre se joignent à Paul qui crée le Club Wakanda ("Grand Esprit" en sioux). Ensemble, ils s'instruisent sur les indiens et montent de nouveaux spectacles.

 

Peintre animalier, spécialiste des chevaux et des félins, Paul se rend régulièrement au cirque, pour y puiser ses sources d'inspirations. C'est à cette occasion qu'il fait la connaissance d'Os-Ko-Mon, un peau-rouge vedette d'un numéro équestre indien. Le rejoignant dans sa loge, Paul lui amène un tambour et lui demande lui chanter un air authentique. Os-Ko-Mon lui apprend qu'il a tout oublié. Paul lui laisse le tambour, et il est surpris de recevoir, quelques jours plus tard, la visite du peau-rouge. Os-Ko-Mon s'installe, le tambour à la main et doucement, puis avec force, chante une mélopée d'une étrange beauté, plus émouvant que tout ce que Paul avait imaginé. En s'exerçant avec le tambour, il s'était souvenu de chansons entières.

Os-Ko-Mon retrouve peu à peu la mémoire et enseigne non seulement des chants à Paul mais aussi des danses traditionnelles et des coutumes sacrées. Il lui apprend à réaliser une authentique coiffure indienne avec des plumes d'aigles. Parcourant tout Paris à la recherche de ces plumes rares, il déniche à un prix dérisoire tout un stock qu'avait commandé Buffalo Bill pour son spectacle Wild West de 1905.

 

Il collaborera donc avec René Thévenin pour son premier livre sur les indiens

Remarqué au Canada , Paul est invité par la Compagnie de Chemins de Fer Canadiens pour étudier les indiens d'Amérique du Nord. Il arrive à Lorette, près de Montréal le 12 juin 1928. Il racontera ce premier voyage dans un livre, Wakanda (Rédier, 1929), et organisera de nombreuses conférences.

 

Le Professeur Paul Rivet, directeur du Musée d'Ethnographie du Trocadéro (aujourd'hui appelé Musée de l'Homme), s'intéresse à Paul Coze et lui confie une mission d'ethnologie au Canada.

La Mission Paul Coze est un évènement dans le monde du scoutisme français, de par son aspect officiel et scientifique, mais aussi parce que Paul choisit comme coéquipiers quatre anciens scouts : un médecin, un botaniste, un historien et un photographe.

Ils débarquent au Canada le 6 juillet 1930 et vont sillonner les réserves indiennes à bord d'une vieille Ford modèle 1905. Fin août, ils atteignent Big River au Saskatchewan, puis, au terme d'un parcours de 500 km vers le nord en canoë, ils parviennent dans une tribu de Cris. Le chef leur demande innocemment des nouvelles du Roi de France : Paul a enfin trouvé la tribu qu'il cherchait !

Paul Coze offre aux indiens, en signe d'amitié les plumes d'aigles achetées à Paris, quelques années auparavant. Les Cris, de leur côté, les accueillent avec gentillesse et leur apprennent à fabriquer un canoë, à dépecer un animal, à peindre un tipi ou encore le secret des plantes médicinales. Mais ils ne répondent à aucune questions qui touche au domaine des croyances et des coutumes religieuses. Pourtant, le vieux chef cri, Kamaïstit, peu de temps avant le départ de la Mission, fait savoir à Paul qu'il désire en faire son fils adoptif. Les liens sont noués au cours de l'étrange cérémonie de la loge à transpirer dont Paul ne révèlera que peu de choses dans ses ouvrages. Ils méditent ensemble et Kamaïstit initie alors Paul Coze au code moral et aux croyances de la tribu. Puis sous l'inspiration de Wakanda, annonce le nom qu'il a choisi pour Paul : Kanéo Kwaniow, "Quatre plumes d'aigle", en souvenir du gage d'amitié de Paul à son arrivée. Ce jour là, Paul compris l'importance de la vie spirituelle des indiens et de leur philosophie : Kamaïstit refusait de répondre à Paul Coze l'ethnologue, mais acceptait d'en parler à Paul, devenu un fils.

Il raconta donc cette expédition dans ce livre, Cinq scouts chez les Peaux-rouges (Champs-Elysées, 1932).


Il consacra ensuite toute sa vie à étudier, à protéger et a valoriser la vie et la culture des indiens d'amérique. Il n'a jamais trahi leur confiance quand ceux-ci lui transmettaient des secrets sur leurs rites. Il a soutenu les évènements qui diffusaient la culture indienne tout en étant vigilant à ce que ceux ci ne se transforment pas en  spectacles vidés de sens pour touristes .

Il a terminé sa vie dans son vieux ranch,  au milieu de ses paperasses, de ses toiles, de ses pots de peinture, de ses poupées Kachinas, de ses calumets, de ses tambours et de ces mille objets qui avaient chacun leur histoire.

 

Le bonheur pour lui se résumait en trois mots : le scoutisme, les Indiens et la peinture.

Partager cet article

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans livres
commenter cet article

commentaires

Ferocias 06/05/2011 17:18



Pour les dos décollés, je badigeonne le dos puis replie la couverture dessus.



Grand-Sachem-la-Brocante 06/05/2011 15:54



merci Férocias, j'utilise moi aussi de la colle cellulosique (la cellulose etant la base du bois et donc du papier) mail à le problème c'est que la couverture s'est désolidarisée du dos du
livre...je vais faire avec un papier gommé ou un papier d'époque récupéré sur un autre livre et de la colle



Ferocias 06/05/2011 13:07



Pour refixer du papier, j'utilise de la colle à bois.



cricket1513 06/05/2011 12:10



superbe article. Un homme qui sait ne pas se cloisonner dans sa culture et s'intéresser à celle des autres. On appelle cela avoir l'esprit ouvert ... non ?


;)


entre autre....


chercher à connaître tout simplement ! les autres personnes, cultures, être ecclectique.


Merci chaman Wee-kee-pe-dia que Grand Sachem retranscrit à merveille ;)


christelle



Grand-Sachem-la-Brocante 05/05/2011 22:50



@ férocias: j'ai bien aimé lire ce livre, j'ai decouvert l'auteur qui est à la fois célebre pour son rôle dans le scoutisme puis pour ses missions ethnologique; Il semble que se serait le premier
français à s'être investi autant auprès des indienss d'amérique .


C'est en effet très au nord du Rio Grande puisque le recit de voyage concerne le Canada!


L'etat intérieur du livre est très correct, par contre la couverture s'est détachée. Comment tu ferais pour la refixer? Avec du papier gommé?


 



Présentation

  • : Le blog du Grand-Sachem-la-Brocante
  • Le blog du Grand-Sachem-la-Brocante
  • : A travers des objets de peu de valeur chinés dans les brocantes et sur les vide-greniers, le Grand-Sachem-la-Brocante s'amuse à réveiller le souvenir des indiens de bandes dessinées et de cinéma qui peuplaient les grandes prairies imaginaires de son enfance
  • Contact

Recherche

jetez un oeil sur le défi à Grand-Sachem

challenge-red-power2.jpg

Archives

Les tribus alliées

 

a teppe

Teppee17, à travers ses collections, ses témoignages

nous amène à la rencontre des

indiens d'Amérique du Nord ou Natives Américans

 

 


Férocias le frère latino de Grand-Sachem
Qui accueille dans son blog
nos Frères du Sud

 

KitCarson.jpg

Dans la vraie vie Kit Carson a causé du tort aux indiens

Sur la Grande Toile, Kit2000 et Tatoopf

nous offrent le meilleur du western populaire

 

 

 

 

Fénimore rend homage à ces illustrateurs
qui ont fait le bonheur de Grand-sachem quand il était papoose.


folfaery.jpg

Folfaery lit des livres que Grand-Sachem
vous recommande


Catlin
Les Timbres de Krystel
Le Blog Vaillant-Pif de l'Apache