Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 août 2013 3 28 /08 /août /2013 20:11
Le sherif Faroux a connu Soleil-Noir

Bob Penard continue à chasser pour Grand-Sachem-la-Brocante sur les terres de la tribu d’Emaüs. Dans les bacs à disques Bob a déniché ce magnifique album-disque daté de 1963: Les indomptables Cheyennes.

.

C'est un 33t sur un format 45t. Dans la pochette illustrée par Loÿs on trouve un petit livre qui retrace une partie de l'histoire de ce peuple et évidemment le disque avec des voix et des bruitages.

.

Soleil Noir et Gilles, un enfant blanc, commentent comme si ils y assistaient en direct, les dernières grandes étapes -tragiques- de la résistance des Cheyennes face à l'armée des visages-pâles. Les tuniques-bleues ne sont pas contents du tout puisqu'ils viennent de prendre une raclée à Little Big Horn.

.

Parmi les acteurs qui interprètent les différents rôles de ce récit on découvre, écrit en tout petit sur l'étiquette, Pierre Tornade. Grand-Sachem aimait bien Pierre Tornade.

.

Les bacchantes gauloises et le verbe teinté d'accent corrézien, Pierre Tornade fut tour à tour gendarme, bidasse, la voix d'Obélix et commissaire dans la série télévisée des Nestor Burma.

.

Parmi ses films les plus célèbres: La 7è Compagnie, Dupont Lajoie avec Jean Carmet, Le Gendarme à New York avec Louis de Funès, Arrête ton char, bidasse, ainsi que celui du commissaire Florimond Faroux dans Nestor Burma à la télévision.

.

Il avait également prêté sa voix à de nombreux doublages dont celui d'Obélix et même d’Averell Dalton dans les dessins animés adaptés des BD de Goscinny.

.

Pierre Tornade a rejoint les plaines du Grand-Esprit le 7 mars 2012.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
23 août 2013 5 23 /08 /août /2013 20:51
Bob-Penard Chasse pour Grand-Sachem-la Brocante

Le brave Bob Penard , comme Grand-Sachem-la-Brocante, fréquente également les vides-greniers à la recherche de bande dessinées, de livres divers, de disques vinyles et de pièces de solex... Grand-Sachem lui n’a jamais su dompter ses montures à deux roues

La lecture des aventures du lieutenant Blueberry a amené Bob Penard à s'intéresser à d'autres ouvrages sur nos frères Indiens. Il s’est dernièrement un peu cassé le dos à fouiller dans les cartons de vinyles, mais il quand même fait quelques trouvailles dans les bacs de 45t qu’il nous fait partager.

Le disque "La Conquête de l'Ouest" reprend les thèmes du film du même nom interprété par Marc Taynor et son orchestre.

La Conquête de l'Ouest (How the West was won) est un film américain de Henry Hathaway, John Ford et George Marshall, sorti en 1962. Riche d'un casting exceptionnel rassemblant presque toutes les têtes d'affiche du moment, et de trois grands réalisateurs hollywoodiens spécialistes du far west, c'est une véritable fresque historique de près de trois heures.

« Marc Taynor et son orchestre » ou « Marc Taynor et ses Cow-Boys » est un ensemble professionnel variété-western des années 1950 qui a connu son heure de gloire dans les années 1960 en enregistrant la musique du célèbre « Petit train » de l’ORTF qui présentait l’interlude rébus entre chaque émission à une époque où la pub était rare à la TV.

Bénéficiant de cette promotion inespérée à l’époque le groupe est devenu très populaire et a enregistré de nombreux titres qu’on trouve assez facilement sous forme de 45 tours.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
27 août 2012 1 27 /08 /août /2012 06:54

fugain.jpgGrand-Sachem-la-Brocante et Apalika se sont rendu dans le Gers ce week-end, juste pour visiter la tour d'un très très vieux tipi. Mais le Gers c'est loin! En chemin, une étape s'imposait! A quelques miles de Condom, Grand-Sachem apperçu une petite flèche orientée vers un chemin viscinal; sur la flèche était inscrit "vide-grenier" et le chemin conduisait à un tout petit village constitué d'une mairie, d'une église d'une école et d'un presbytère perdus dans les coteaux..et rien d'autre. Tout autour de ces bâtiments publics fort respectables les puciers s'étaient installés malgrè la pluie qui menaçait.

 

Grace à ce vieux disque illustré , Grand-Sachem va pouvoir vous parler d'un clan très ancien qu'il avait bien aimé : le Big Bazar!

 

Personnage à part dans la chanson française, Michel Fugain symbolise l'esprit idéaliste et communautaire des années soixante-dix. Le bon esprit qui caractérise ses chansons participe à l'air du temps. Le mode de vie hippie qui sévit sur l'Hexagone au début des années soixante-dix lui donne l'idée de former un groupe communautaire avec de jeunes chanteurs et danseurs. Ce sera le Big Bazar qui voit le jour en 1972 et obtient dès le premier disque un succès considérable grâce aux mélodies et au flair de Michel Fugain : « Attention, mesdames et messieurs », « Fais comme l'oiseau» (adaptation de l'air « Vocé Abusou » signé par le duo brésilien Antonio Carlos e Jocafi), « Une belle histoire » (Pierre Delanoë) et « C'est la fête » (Maurice Vidalin). À sa période la plus forte, le groupe compte jusqu'à trente-cinq membres.

 

Est-ce qu'on peut trouver cette chanson, "les Apaches", qui a donné lieu à de si belles illustrations et dédiée à nos frères apaches sur la grande toile? Il semblerait que non! A moins qu'un lecteur de ce blog puisse me dire où la trouver

 

 

fugain2.jpg

 

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
11 juillet 2012 3 11 /07 /juillet /2012 06:06

indian.jpg

 

  Le 7 juillet à eu lieu à à Foix la fête de la confrérie de la saucisse de Foix. Ces réjouissances ont pour but de jouer sur la notoriété de la ville liée à la comptine :

Il était une fois,
Dans la ville de Foix,
Une marchande de foie,
Qui vendait du foie...
Elle se dit : Ma foi,
C'est la première fois
Et la dernière fois,
Que je vends du foie,
Dans la ville de Foix
 

Il s'agit essentiellement d'animer le premier week-end de juillet quand arrivent les premiers touristes et ne sont pas encore partis les ariégeois laborieux.
Cette journée est l'occasion d'organiser un grand vide-grenier sur les allées et les petites rues de la ville.

 

Grand-Sachem-la-Brocante s'est penché un moment sur un stand qui proposait des milliers de 45 tours vinyl non classés et bien serrés dans des cartons. Par pur hasard le Grand-Manitou a guidé la main de Grand-Sachem-la-Brocante vers ce disque de "The indian" datant de 1979

 

The Indian est le pseudo de Michel Deloir qui  était un canadien, champion d'art martiaux qui s'habillait et vivait réellement comme un indien quand il est arrivé à Paris, et qui apparament vécu un temps sous la tour Eiffel .


Le disque que Grand-Sachem a écouté sur un tourne disque au son pourri est constitué de deux titres disco "Open your eyes" et "I would't give you up".

 

Musiques et arrangements peu intéressants, par contre la voix de Michel Deloir est assez plaisante et particulière. Il suffirait de peu pour penser qu'il s'agit d'une voix de femme .
 

Justement, une rumeur persistante crédite Michel Deloir dit "the indian" comme chanteur du tube disco de la chanteuse Jennifer car il possédait cette voix trés "féminine" et qu'il était le compagnon de Jennifer en 1976.

On aimait bien ce genre d'histoire à l'époque : Plastic Bertrand était la doublure scène et TV d'un certain Lou Deprijck le vrai chanteur, Erick Bamy etait doublure vocale sur scène d'un Johnny Halliday le plus souvent incapable de chanter en direct, Kim Carnes était Rod Steward ayant changé de sexe...

 

Vérités, rumeurs, basses attaques...peu importe pourvu que ça fasse vendre du papier et du vinyl!  

 

En tout cas Michel Deloir etait bien un véritable musicien et un admirateur du mode de vie indien comme nous le précise dans les commentaires une internaute qui l'a bien connu  

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 06:54

cheyennes.jpgIl est de plus en plus difficile pour Grand-Sachem-la-Brocante de trouver des DVD de qualité dans les vides greniers de la région! Non pas que Grand-Sachem ait déjà acquis tous les chefs d'oeuvre du cinéma mais plutôt parce que ce support, le DVD, est sans doute en train de disparaître, victime de la dématérialisation et des "échanges" de fichiers informatiques.

Alors, quand, il y a quelques lunes, Grand-Sachem-la-Brocante a trouvé sur son chemin à l'occasion de la bourse aux collections de Cintegabelle (31), un stand bien garnis en DVD, méticuleusement classés par genres et par époques, son coeur s'est rempli de joie ...et sa bourse en cuir de castor s'est vidée des rondelles de métal doré durement économisées en privant les papooses de désserts!

 

Ce sacrifice a permis à Grand-Sachem la Brocante de découvrir un western qui lui était encore inconnu: Les Cheyennes (Cheyenne Autumn), un film américain réalisé par John Ford, sorti en 1964.

 

"Depuis leur reddition, les Cheyennes végètent dans une région aride de l'Oklahoma, une réserve administrée par le bureau des affaires indiennes. La population souffre d'un défaut de vivres et de soins pourtant assurés par l'accord conclu. À force de promesses non tenues, les Cheyennes décident de fuir pour rejoindre leurs terres dans le Dakota. Ils entament alors un long périple à travers le pays, traqués par l'armée américaine.

Il s'agit du dernier western réalisé par John Ford. Montrant les Indiens sous un jour favorable et compatissant, il s'inscrit dans le contexte de la renaissance de l'identité indienne et du regain des revendications des différents Native Americans dans les années 1960 et 1970.

 

Les véritables indiens que l'on voit à l'écran ne sont pas des Cheyennes dont le nombre était trop faible mais des Navajos. Mais les principaux rôles d'indiens Cheyennes sont joués par des acteurs hispaniques."

 

Ce film est loin de faire l'unanimité, tant du point de vue cinématographique que du point de vue éthique comme Grand-Sachem s'en est rendu compte en lisant ce forum qui fait bien de le tour de la question : http://forum.westernmovies.fr/viewtopic.php?f=20&t=7447.

 

Grand-Sachem n'a pas particulièrement apprécié cette oeuvre, inutilement longue, un scénario décousu avec des intrigues sentimentales sans saveur voire nuisibles à l'intérêt du film. 

Grand-Sachem a fait un peu de recherches sur la grande-toile et a vite constaté que la fin du film, pleine de bons sentiments et de bonne conscience, est bien éloignée de la réalité. Dure réalité où les visages pâles sont allés au bout de leur ignominie.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
27 décembre 2011 2 27 /12 /décembre /2011 06:59

flute.jpgGrand-Sachem-la-Brocante a trouvé ce double album dans une solderie spécialisée dans les cd et les dvd.

Ce double album est un très bon moyen de découvrir la musique traditionnelle des indiens d'Amérique sans fioriture, sans percussions électroniques ou synthétiseurs de pacotille, sous ses divers aspects (chants de guerre, prières, berceuses...).

Le CD 1 est consacré aux chants interprétés essentiellement par des indiens du sud: Hopi, Apaches, Navajos,...Le CD 2 lui est consacré à la flûte avec des morceaux interprétés par des indiens des plaines du nord: crows, sioux, ...

 

Concernant la musique des indiens voici l'extrait d'un texte interressant dont l'intégralité se trouve ici


Les Indiens chantent souvent haut, avec une voix de falsetto, utilisant des trilles ou trémolos. C'est de cette manière qu'ils aiment chanter, la plus proche du monde des esprits qui est aussi le vrai monde des chants. Ce chant a souvent été qualifié de "sauvage" par les Blancs. Il n'est que naturel qu'il comporte des éléments du monde sauvage puisque ses principales sources d'inspiration sont les animaux, le vent, les oiseaux, etc. Lors du passage d'une troupe de danseurs indiens en Europe, au début du siècle, ils assistèrent au concert d'une célèbre soprano, à Paris. Un des Indiens voulut lui exprimer son admiration et lui dit par interprète interposé : "vous avez une très belle voix, on dirait celle d'un coyote". C'était pour lui le plus beau compliment qu'il puisse lui faire.

Les chants ont peu de paroles, quelques syllabes ou vocables dépourvus de sens sont utilisés pour porter la mélodie, celle-ci étant l'élément le plus important. Les Indiens peuvent d'ailleurs dire de quel type de chant il s'agit rien que par l'air et le rythme. Quand certains mots sont utilisés, ils ont beaucoup d'importance et un seul mot peut être le symbole de toute une pensée qui dans notre langue demanderait une phrase entière. Un Indien à qui on demandait ce qu'il pensait des chants de l'homme blanc, aurait répondu : "ils parlent trop".

L'important est ce que le chant tout entier et la voix expriment, les mots ne sont qu'un complément. Un Indien qui chante le jour qui se lève, par un petit matin où la lumière commence à se répandre sur la prairie froide et gelée, chantera peut-être longtemps mais le chant dira simplement : "le jour pointe, regardez-le".

Les rythmes peuvent changer plusieurs fois pendant le même chant; celui du tambour n'étant d'ailleurs pas synchronisé avec celui du chant lui-même. Alice Fletcher l'expliquait, en disant que le "beat" de la frappe du tambour dirigeait les mouvements du corps tandis que les voix menaient l'émotion de la prière. Le chant étant souvent considéré comme une prière. Les Indiens d'ailleurs ne chantent jamais pour plaire à une audience mais pour le plaisir d'une participation collective.

 

Ceci étant dit ce n'est quand même pas une musique à conseiller pendant une soirée entre amis ou avec votre chéri(e)

 

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
11 décembre 2011 7 11 /12 /décembre /2011 06:01

Grand-Sachem-la-Brocante est un vieil ami de Géronimo dont il a déjà évoqué la vie au sujet de son livre ou de sa figurine.
Quand au milieu de vieilles cassettes VHS bradées à cinquante centimes, Grand-Sachem a vu cette jaquette, son coeur a fait un bond.

GERONIMO : AN AMERICAN LEGEND
1993  par Walter Hill

L’authentique histoire de Geronimo (interprété par Wes Studi, véritable Indien Cherokee) avec Gene Hackman, Jason Patric (Le Lt Gatewood) et Matt Damon(Sous-Lieutenant Davis)

Le film est très proche de la réalité et seul le Sous-Lieutenant Davis, narrateur du film, est un personnage imaginaire. La qualité du récit, le respect des points de vue -sans mièvrerie- porte ce film à la hauteur de "Danse avec les loups".

Toutefois la guerre et l'armée restent présentes tout au long du film. La sauvagerie des visages pâles comme des apaches, et la bonne volonté associée au respect mutuel s'affronteront tout le long du film sans qu'il n'y ait de vainqueur à la fin.
En tout cas il y aura des perdants : tous les Chiricahuas -soumis, alliés ou ennemis des visages-pâles- seront déportés et emprisonnés de nombreuses années!
Une petite observation : Le lieutenant Gatewood est plus présent dans le récit et sur l'écran que Géronimo lui même; probable que ses mémoires sur les guerres Apaches qui ont été publiées aux USA ont du servir de base pour le scénario.

Ce qui est plus étonnant c'est que Grand Sachem avait l'impression de revoir des scènes dessinées dans certains albums de "Blueberry"; comme il est peu envisageable que Walter Hill ait lu ces albums avant de faire le film, Grand-Sachem imagine que Charlier et Giraud ont eu eux aussi l'occasion de consulter ces mémoires.

Pour ceux qui n'auront pas l'occasion de voir ce film prochainement Grand-Sachem leur a pêché un résumé complet sur la grande toile!


"En 1885, une seule tribu d'Indiens tient encore tête à la progression des " Yeux Clairs " dans les territoires de l'Ouest : les Apaches Chiricahuas. Nouvellement promu sous-lieutenant, Britton Davis accompagne le lieutenant Charles Gatewood, qui a pour mission de prendre contact avec leur chef, Geronimo. La rencontre a lieu et Geronimo, fidèle à sa promesse, accepte de les accompagner jusqu'au fort où il se rend au général George Crook, surnommé Nantan Lupan. Au cours du voyage, un climat de confiance et de respect mutuel s'instaure entre les officiers et le chef indien.
Geronimo et son peuple sont parqués dans la réserve de Turkey Creek, trop petite, dont la terre est trop pauvre pour nourrir les cinq cents Chiricahuas. Suite à une provocation de l'armée, une révolte éclate bientôt et Geronimo reprend le sentier de la guerre. Une nouvelle entrevue a lieu avec le général Crook mais, cette fois, Geronimo refuse de le suivre. La politique de conciliation n'étant plus acceptée à Washington, le général Crook démissionne.
 Lui succède le général Nelson Miles, partisan d'une reddition sans condition, qui envoie les Tuniques Bleues décimer les bandes apaches. Incapable de capturer Geronimo, Miles fait de nouveau appel à Gatewood, aidé de l'éclaireur Al Sieber, qui trouvera la mort à cette occasion. Traqué sans relâche et n'ayant plus que trente-cinq guerriers, Geronimo n'a d'autre ressource que de se rendre. Malgré les promesses du gouvernement, il sera déporté avec ses derniers braves en Floride. Gatewood est transféré dans le nord du Wyoming tandis que Davis, désillusionné, donne sa démission."
http://cinema.aliceadsl.fr

Repost 0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 06:24

gigicar--3-.jpgEn promenant ses mocassins à la grande médiathèque de son territoire, Gigicar, un chroniqueur régulier du blog a Grand-Sachem-la-Brocante, a repéré un lot de rondelles à images fort interessant.
Il s'est dit: "Voilà du grain à moudre pour Grand-Sachem" !!!
Et du coup, touché par le virus !!! Gigicar a regardé !! Cette série est très interessante et en apprend encore beaucoup sur la cruauté des blancs envers les peuples du nouveau monde !!!Les conquistadors accueillis en amis et qui ont réduits en esclavage les peuples....Et les anglais et français se faisant la guerre et pas plus civilisés....  etc....
Gigicar a scanné les couvertures des dvd !! Les portraits sont sympas !!!

 

 

gigicar.jpg

 

 

gigicar--4-.jpg

 

gigicar--5-.jpg

 

gigicar--6-.jpg

 

Grand-Sachem-la-Brocante est heureux de publier ces photos et il espère que son pere-noël personnel lira cette page!

 

gigicar--2-.jpg

 

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
30 octobre 2011 7 30 /10 /octobre /2011 06:46

thomas
Grand-Sachem-la-Brocante s'est offert pour à peine un €uro une cassette VHS au marché aux puces de Pamiers en Ariège. En France, ce film a pour titre "Phoenix Arizona", ce qui ne signifie pas grand chose; en V.O. ce film avait pour titre "Signaux de Fumée" ce qui est plus parlant.

Phoenix Arizona constitue, dans l'histoire du cinéma américain une date importante sinon essentielle. Il s'agit, de fait, du premier film réalisé, produit, écrit et interprété par des indiens. Voici ce qu'on en dit sur la grande toile:

C'est un beau film au scénario original. Un jeune indien part rechercher l’urne funéraire de son père en compagnie d’un ami parfois encombrant. Il éprouve de la haine envers son père alcoolique qui a abandonné sa famille. Il fait un véritable parcours initiatique qui lui permet de retrouver une certaine sérénité et de pardonner.

On est touché par l’histoire des ces deux garçons indiens, presque frères, mais de caractères si opposés : si l’un est taciturne, réaliste, viril et réfléchi, l’autre est un moulin à paroles, mystique, efféminé et inconséquent. Mais tous deux ont une candeur d’âme, une innocence qui les rend très attachants. La force de ce film tient dans la puissance des deux personnages principaux. Les poncifs hélas habituels (misère, alcool et racisme) ne sont ici que sous-jacents, en toile de fond.Les personnages sont des hommes et des femmes d'aujourd'hui et n'essaient pas de rejouer "danse avec les loups" mais pourtant leur "indianité" est forte."

 Le réalisateur, Chris Eyre, jeune Indien issu des tribus Cheyenne Arapaho, est un membre actif de la " Native American Producers Alliance", une organisation nationale à but non lucratif qui réunit des Indiens travaillant dans le cinéma ou la vidéo comme producteurs, scénaristes et réalisateurs.

Le film se termine sur ces paroles qui toucheront sans doute beaucoup des lecteurs de ce blog, car au delà des cultures, au delà des générations, sans doute au delà des époques ces quelques mots évoquent pour beaucoup notre difficulté à vivre:

Comment pouvons-nous pardonner à nos pères ? Peut-être en songe... Pardonnons-nous à nos pères de nous avoir laissés, lorsque nous étions enfants, pour trop longtemps, ou pour toujours? Pardonnons-nous à nos pères de nous avoir effrayés par des colères inattendues ou l'absence de colère? Pardonnons-nous à nos pères d'avoir épousé nos mères, ou de ne pas l'avoir fait? D'avoir divorcé ou non. Et leur pardonnerons-nous jamais pour leur excès de chaleur ou d'indifférence? Pardonnons-nous à nos pères à leur âge, au nôtre, ou à l'heure de leur mort? Leur faisons-nous l'aveu de ce pardon ou le taisons-nous? Et si nous pardonnons à nos pères, que reste-t-il?

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article
3 octobre 2011 1 03 /10 /octobre /2011 06:47

texier.jpg

Grand-Sachem ne vous avait pas encore dit qu'il avait changé ses vieux 110 chevaux de la marque au lion contre 90 chevaux de la marque aux chevrons nettement plus jeunes. Grâce à ce changement Grand-sachem dispose à nouveau d'un lecteur de cd qui fonctionne!
Donc, pour emporter dans ces longues balades de quoi distraire ses oreilles et son esprit, Grands-Sachem va fouiller régulièrement dans ses coffres pour trouver quelques galettes à emmener sur la route.
Quelle surprise la semaine dernière que de tomber sur ce vieux disque que Grand-Sachem n'avait pas écouté depuis au moins 12 années!
Voici ce qui est dit sur la grande toile à son sujet : "Vieux routier de la scène française, Texier a touché au jazz traditionnel, au bop, au free, est revenu à ses racines bretonnes et a invité moult solistes transatlantiques dans ses propres groupes (Abercrombie, Lovano, Swallow...) - après en avoir accompagné plus d'un de passage en France dans les années 60. Au début des années 90, il forme son "Azur" Quartet et c'est le jackpot : sans rien changer à son style mélodique et chaleureux qui puise dans les folklores du monde sans perdre le cap du jazz, le bassiste touche un large public et An Indian's Week sera une des meilleures ventes de l'année 1993. Il faut dire que le trombone de Ferris, le piano de Zulficarpasic et la batterie de Rabeson sont des alliés de poids, et la présence du bandonéon de Portal et des anches de Sclavis sur quelques thèmes enrichit d'autant une pâte sonore déjà fort goûteuse. Swing, générosité, amour de la belle mélodie et de l'improvisation ..., ce quartette et ses invités ont tout pour vous mettre du bleu au coeur et du baume à l'âme. --Thierry Quénum "

Grand-Sachem n'a pas particulièrement apprécié ce disque lui qui préfère un jazz plus rugueux, plus hard,... mais un des morceaux, un long blues aux sonorités riches, a tout de même touché l'âme de Grand-Sachem. Comme par hasard, il s'agit de celui s'intitulant :Indians-Desaparecido.

 

 

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans cd dvd vidéo disques
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du Grand-Sachem-la-Brocante
  • Le blog du Grand-Sachem-la-Brocante
  • : A travers des objets de peu de valeur chinés dans les brocantes et sur les vide-greniers, le Grand-Sachem-la-Brocante s'amuse à réveiller le souvenir des indiens de bandes dessinées et de cinéma qui peuplaient les grandes prairies imaginaires de son enfance
  • Contact

Recherche

jetez un oeil sur le défi à Grand-Sachem

challenge-red-power2.jpg

Archives

Les tribus alliées

 

a teppe

Teppee17, à travers ses collections, ses témoignages

nous amène à la rencontre des

indiens d'Amérique du Nord ou Natives Américans

 

 


Férocias le frère latino de Grand-Sachem
Qui accueille dans son blog
nos Frères du Sud

 

KitCarson.jpg

Dans la vraie vie Kit Carson a causé du tort aux indiens

Sur la Grande Toile, Kit2000 et Tatoopf

nous offrent le meilleur du western populaire

 

 

 

 

Fénimore rend homage à ces illustrateurs
qui ont fait le bonheur de Grand-sachem quand il était papoose.


folfaery.jpg

Folfaery lit des livres que Grand-Sachem
vous recommande


Catlin
Les Timbres de Krystel
Le Blog Vaillant-Pif de l'Apache