Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 06:50

timbre-grand-sachem.jpgSelon la définition quasi-officielle la collection philatélique thématique, c’est la collection de timbres et de documentspostaux se rapportant à un thème, dont un sujet sert de point commun.

 


La collection thématique est un ensemble philatélique qui développe un thème ou illustre une idée selon un plan logique.

Avec ses quelques timbres Grand-Sachem-la-Brocante ne peut prétendre avoir construit une collection thématique digne de ce nom sur les amérindiens mais grâce à Chrystephil et à Teppee17 petit à petit le thème prend forme.

Une telle thématique ne peut être que dominée par les timbres de deux pays: les USA et le Canada.

 


Le pays de "la Grand-Mère" a été plus prompt et plus prolixe que celui du" Grand-Père" pour rendre hommage aux peuples premiers. En effet la tendance était plutôt de rendre hommage aux immigrants qu'aux indiens qui étaient présents sur le territoire depuis des millénaires.
D'ailleurs ce timbre représente-t-il un couple d'indiens ou un couple de trappeurs vivant "à l'indienne";?

Seul un possesseur de catalogue philatélique canadien pourrait nous le dire.

 

Y en-a-t-il un parmi les lecteurs de Grand-Sachem-la-Brocante?

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 06:10

blocindiensEntre 1964 et 1972, Fujeira a émis 143 timbres ou séries, 85 timbres ou séries pour la poste aérienne, six blocs-feuillets, dix timbres de service et huit timbres de service pour la poste aérienne.
Pour les expositions philatéliques officielles, il est "interdit" d'utiliser les timbres des émirats : Fujeira, Manama, Umm-al-Qiwain, Ajman, Ras al Khaima, Sharjah, Dubai. Ces émirats émettent des timbres thématiques abusivement et ne font pas partie de l'Union Postale Universelle. En effet les illustrations n'ont généralement rien à voir avec la vie ou la culture locale mais plutôt avec les thèmes préférés des jeunes philatélistes européens.Les timbres ne circulent pas, ils sont oblitérés dès qu'ils sont imprimés puis diffusés en très grand nombre sur le marché.
Malgré tout ça, la grande valeur de ces timbres, c'est qu'ils n'en ont pas! Ils sont donc à la portée des bourses les moins garnies et notamment de celles des papooses qui n'ont pas encore une grande culture philatélique mais qui ont envie de donner un coup de fouet à leur jeune collection. Grand-Sachem-la-Brocante a gardé précieusement certaines de ces vignettes qui lui évoquent ces moments de son enfance,  quand il choisissait au grand-magasin une pochette de cellophane contenant quelques vignettes pour compléter les pages de son classeur.
Ce bloc philatélique ne date pas de cette epoque mais il a été offert par krystel : sur son blog elle nous fait découvrir sa collection de timbres français.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
26 octobre 2011 3 26 /10 /octobre /2011 06:54

timbresindienssoloLa philatélie est l'art de collectionner les timbres postaux et de les étudier. Les collectionneurs et les amateurs de timbres sont des philatélistes.
Des années 1800 au début du XXe siècle, la collection de plis, d'enveloppes, d'empreintes postales et de timbres-poste (à partir de 1843) se nommait la "timbrologie".

Le mot « philatélie » a été préféré à celui de « timbrologie » en raison de sa meilleure adaptation, du fait de ses racines grecques, à un emploi international.
4timbresindiens.jpg
Tout jeune papoose, Grand-Sachem-la-Brocante a découvert le monde des collectionneurs grâce à la philatélie qui fut une de ses premières passions. Époque bénie où il suffisait de demander à son entourage de mettre de coté ces petites vignettes colorées qui, sinon, seraient parties à la corbeille, pour se faire une belle collection.

Grand-Sachem se souvient avec émotion de ces quelques adultes, famille ou amis, qui n'hésitaient pas à partager leur passion en distribuant autour d'eux les doubles qu'ils réservaient à cet effet. Ils n'avaient d'autres motifs que de faire partager le plaisir de collectionner: choisir ses premiers classeurs, décoller les timbres, les classer, les chercher dans les catalogues...
2timbresindiens-001.jpg
C'est le plaisir de partager qui motive également krystel sur son blog. Elle nous y fait découvrir sa collection de timbres français. C'est donc elle qui a fait parvenir à Grand-Sachem ces timbres canadiens dédiés aux tribus locales.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
9 décembre 2010 4 09 /12 /décembre /2010 06:00

explorateurs.JPG

La philatélie thématique consacrée aux amérindiens est un passe-temps qui nécessite bien des recherches!

 

Ces quatre timbres, echangés à Teppee17, datent du 13 mars 1987 et évoquent la vie d'européens qui se sont les premiers "immergés" parmis les peuples indiens d'Amérique du Nord.


Ces explorateurs de la Nouvelle-France ont fait connaître les Européens aux Indiens du Canada.

Ils ont circonscrit la géographie du centre de ce pays et découvert la route de l'Ouest.


Né en France vers 1592, Brûlé arrive à Québec en 1608. Samuel de Champlain l'envoie deux ans plus tard parmi les Hurons avec mission d'apprendre leur langue. Mais, ayant trop le goût de l'aventure pour se limiter au rôle d'interprète, Brûlé sera le premier Européen à descendre les rapides de Lachine et à atteindre les lacs Huron, Ontario, Supérieur et Érié


Dans les années 1640, Radisson et des Groseilliers s'installent en Nouvelle-France. Coureurs des bois saisonniers, ils partent ensemble, en août 1659, à la découverte des «pays d'en haut». Les données géographiques recueillies à partir de leurs conversations avec les Amérindiens du lac Supérieur mèneront à la fondation de la Compagnie de la Baie d'Hudson.


En 1672, Joliet, commerçant de fourrure, organiste et ex-candidat à la prêtrise, reçoit du gouverneur de la Nouvelle-France la mission de diriger une expédition vers le Mississippi. Accompagné par le père Marquette, jésuite parlant couramment six langues amérindiennes, il découvre le fameux fleuve en 1673 et constate que celui-ci coule vers le sud, et non pas vers l'ouest.

 

En 1615, Champlain, qui veut convertir les Amérindiens au christianisme, fait venir en Nouvelle-France des récollets, auxquels s'ajouteront plus tard des jésuites et des sulpiciens. Ces missionnaires sont alors les explorateurs les mieux instruits et les plus idéalistes à venir s'établir au Canada. Leurs rapports détaillés, mine de renseignements pour les chercheurs de l'époque, alimentent toujours les historiens d'aujourd'hui.


Ces quatre timbres sont l'oeuvre du peintre Frederick Hagan, de Newmarket en Ontario. L'artiste s'est servi du pouvoir d'évocation des couleurs pour faire ressortir le cachet particulier de chaque saison et paysage. Par des images de forêts, de lacs, de rivières et de montagnes, agrémentées de données cartographiques et de drapeaux arborant emblèmes et armoiries, il a choisi d'illustrer les activités et les expériences des premiers explorateurs du centre du Canada.

 

Pour en savoir plus sur la vie de ces aventuriers-explorateurs:

Marquette : http://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Marquette
Radisson :  http://www.erudit.org/revue/haf/1998/v52/n2/005421ar.pdf
Brulé, l'indien blanc : http://www.crccf.uottawa.ca/passeport/I/IA1a/IA1a01-2.html

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 06:11

timbresindienster.jpgSi tu vas, Ô lecteur, jeter un coup d'oeil dans la rubrique philatélie et notamment sur cet article, tu comprendras pourquoi un Émirat du golfe évoque les amérindiens sur ses vignettes postales.
Concernant plus particulèrement ce timbre offert par Krystephil, Grand-Sachem-la-Brocante a quelque peu été interloqué par cette vision naïve de la vie des papooses. Grand-Sachem a donc décidé de se faire le relais d'un appel de l'UNICEF publié le mardi 25 août 2009  (Intégralité de la page de l'UNICEF)


Amérindiens, Inuits, Métis : le signal d’alarme de l'unicef


Au Canada, la situation des enfants autochtones est très préoccupante. Santé, mortalité infantile, grossesses précoces… Ces enfants sont beaucoup plus vulnérables que les autres petits Canadiens.

Un enfant amérindien sur quatre vit dans la pauvreté au Canada. Contre un sur neuf dans le reste de la population. Et la mortalité infantile est deux à trois fois plus importante au sein des communautés autochtones. Des chiffres très inquiétants.

Dans un récent rapport, l’Unicef Canada tire donc le signal d’alarme. Malgré des progrès observés dans presque tous les aspects de la santé, le taux de vaccination des enfants amérindiens vivant dans les réserves est ainsi inférieur de 20% à celui de la population générale. Et 33 à 45% des enfants amérindiens ou inuits souffrent de maladies chroniques. Le taux de fécondité des adolescentes amérindiennes est sept fois plus élevé que dans le reste de la population.

 

Des disparités inadmissibles

Il y a 20 ans, le Canada a signé la Convention internationale des droits de l’enfant (Cide). Pourtant, tous les enfants canadiens n’accèdent pas encore aux mêmes soins et services. L’Unicef Canada entend bien se battre contre ces disparités.
Pourquoi ces enfants amérindiens, inuits et métis sont-ils ainsi désavantagés ? L’Unicef Canada pointe plusieurs causes à ces disparités : pauvreté, manque d’éducation, logements inadéquats mais aussi mauvaise nutrition, manque d’accès aux soins et services de santé.

Ces disparités ont des conséquences dramatiques sur la santé des jeunes amérindiens, inuits et métis.

Il faut développer soins, services pour les populations autochtones, qui comptent 1,2 millions de personnes sur la population totale de 33,5 millions de Canadiens.

 

Un peu de gravité sur ce blog inutile ne peut pas nuire.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
15 juillet 2010 4 15 /07 /juillet /2010 06:57

timbresindiensbis.jpgGrand-Sachem-la-Brocante ne va pas revenir sur Chef-Joseph car il a déjà écrit un article à son sujet qui lui convient pleinement.


Grand-Sachem va profiter de ce timbre offert par Krystel pour évoquer ses souvenirs philatéliques.

Collectionner les timbres par pays est la manière la plus évidente de débuter. On débute par les timbres de son pays de résidence et éventuellement on y rajoute un pays avec lequel on a un lien ou une attirance. Mais bien vite ça devient une impasse pour les gens peu fortunés ou pour ceux qui sont un peu isolé dans la France rurale (heureusement la Grande Toile a permis de briser l'isolement). Au bout d'un moment il devient difficile de trouver les timbres anciens qu'on ne possède pas à un tarif abordable. L'acquisition des nouveautés devient un automatisme peu excitant.
Depuis les années 1940, certains collectionneurs ont eu l'idée de collectionner autrement: la collection thématique. Les collectionneurs se lançaient donc à travers toute la production mondiale moderne ou ancienne, à la recherche de documents philatéliques évoquant un thème de prédilection: les animaux, les monuments du moyen-age, les avions militaires, l'impressionisme, le cinéma, les champignons, les indiens d'amérique.... Il n'y a pas de limite dans l'invention de nouveaux thèmes et ce type de collection s'adapte à toutes les bourses même les plus modestes.

En conséquences du développement de la philatélie thématique, les administrations postales ont adapté leurs programmes philatéliques annuels pour y inclure des thèmes traditionnels (faune, flore, histoire, scoutisme, sport, aviation postale,...), susceptibles de leur attirer la clientèle des collectionneurs thématistes. Certains pays, souvent pour élargir leurs sources de devises, émettent plus de timbres que ne nécessitent leurs besoins postaux afin de fournir les marchands de timbres en thèmes recherchés. Parmi les thèmes qui font systématiquement l'objet d'émissions, même par des pays qui n'ont pas de lien direct : les Jeux olympiques, la coupe du monde de football, certains personnages célèbres (la princesse Diana  a eu droit à des timbres en Asie centrale), etc. Les exemples les plus étonnants sont des séries sur les sports d'hiver émis par des pays tropicaux ou des représentations de la Vierge Marie sur des timbres d'un émirat des Émirats arabes unis. C'est à chacun de voir s'il veut être rigoureux dans le choix de ses achats ou s'il se laisse aller selon ses envies.

Outre le plaisir de collectionner, la thématique donne encore l'occasion au philatéliste de s'instruire car il va devoir, pour bien conduire son exposition, faire des recherches de plus en plus poussées et faire l'effort de transmettre son savoir.

Encore merci à
Krystel d'avoir donné à Grand-Sachem l'occasion d'évoquer son goût pour la philatélie.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 06:06

crasy-horse.jpgGrand-Sachem ne va pas s'étendre sur la biographie de Crazy-Horse, le vainqueur de G.A. Custer. On la trouve sur tous les sites et les livres indianistes. D'ailleurs Grand-Sachem-la-Brocante a déjà écrit un article à son sujet.

Tashunca-Uitco serait le nom indien de Crazy Horse.
Il n'a jamais été pris en photo, sauf peut-être une fois et le cliché est mauvais et on est sur de rien !

Permettez donc à Grand-Sachem de dire qu'il n'y a jamais eu de photographies prises du chef Crazy Horse: il ne l'a jamais admis. Il croyait qu'une personne  perdait une partie de son âme à chaque fois qu'une photo été prise de lui.

Alors qui a servit de modèle pour ce timbre des USA offert par Krystel?
Les notices philatéliques ne le disent pas: "Le timbre Crazy Horse a été émis dans la série des grands Américains, lancé en 1980. Crazy Horse a été le deuxième indien honoré dans cette série. Le premier, Sequoyah, était un érudit Indien Cherokee qui a inventé un alphabet pour sa tribu.Le timbre de 13 cents a représenté le tarif d'affranchissement de nouvelles cartes postales valable en Novembre 1981.
Brad Holland de New York, a conçu le timbre.
Il a été imprimé en taille-douce et a été émis en feuillet de 100. Le modèle est  de Ronald C. Sharpe; les graveurs sont John S. WallaceThomas
(vignette) et J. Bakos (lettres et chiffres).  "

Donc le timbre commémoratif Crazy Horse est une simple «proposition» de ce à quoi le grand guerrier ressemblerait.

En tout cas Grand-Sachem-la-Brocante a souvent été pris en photo, mais l'avatar qu'il vous montre dans ces pages pourrait bien être l'image qui lui ressemble le plus!

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article
13 juin 2010 7 13 /06 /juin /2010 06:00


Grand-Sachem-la-Brocante vous a-t-il dit qu'il fut autrefois un philatéliste acharné!

Un week-end d'hiver les mocassins de Grand-Sachem l'ont porté vers Muret (31). Cette ville connue pour sa maison d'arrêt ayant hébergé un sombre héros de l'amer, est aussi une bourgade dynamique et populaire. Une bourse aux collections y était organisée et beaucoup de philatélistes y étaient à la recherche soit de variétés rares,soit de la vignette manquante pour compléter leur album, soit de lots de timbres au kilo pour occuper les dimanches pluvieux.

Grand-Sachem a arrêté son choix sur cette enveloppe affranchie de manière fantaisiste par un négociant généreux.

Pourquoi acquérir ce document pour quelques trois euros. Si tu regardes bien, Ô lecteur perspicace, tu verras parmi les vignettes multicolores un portrait de Sitting Bull signé "Marijac"


















Marijac, de son vrai nom Jacques Dumas, est un dessinateur, scénariste et éditeur de bande dessinée français, né à Paris le 7 novembre 1908 et décédé le 21 juillet 1994. Il créera avec le dessinateur Dut sa série la plus connue Sitting Bull. Cette série qui comporte 277 planches, paraît de 1948 à 1953, dans la revue Coq Hardi.

En 1988, la Poste  édite une série de timbre: "La communication" vue par 12 auteurs de BD française. Une vignette issue de la série "Sitting Bull" est reprise pour illustrer ce thème; L'utilisation des signaux de fumée justifie l'utilisation de cette image dans le thème de la communication.

En effet les Indiens des Plaines ont des dialectes très différents, si bien qu'ils ne peuvent se comprendre sans l'intermédiaire d'interprètes. Le langage des signes pallie ses difficultés linguistiques et les signaux de fumée permettent de communiquer sur de grandes distances.


Grand-Sachem-la-Brocante a remplacé les signaux de fumée par l'internet mais il se demande s'il n'aurait pas plus de lecteurs en utilisant la technique de ses frères des plaines!

 

Repost 0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 06:51

Catlin.jpgCe magnifique timbre offert à Grand-Sachem-la-Brocante par Krystel représente un portrait réalisé par Catlin. L'art et la philatélie ont toujours fait bon ménage notamment dans les collections de timbres de France . Régulièrement depuis les années 1960, des vignettes grand-format sont consacrées à la reproduction des oeuvres les plus représentatives des arts plastiques. Comme ce fut une collection très prisée, de nombreux pays ont suivi cette voie, comme ici  le Paraguay qui a édité ce timbre pour célébrer l'aniversaire de l'indépendance des USA.


George Catlin (Wilkes-Barre, Pennsylvanie, 1796 - Jersey City, New Jersey, 1872), était un artiste-peintre américain spécialisé dans la représentation des Indiens d'Amérique et de leurs us et coutumes.

En 1821, il abandonne une brillante carrière d'avocat, pour se consacrer à sa passion: peindre les indiens. Il voyage beaucoup dans les vastes territoires américains, et rapporte des peintures.

Ce véritable ami des indiens a réalisé des séries de portraits de chefs indiens dont on trouve facilement des exemples sur la grande toile. Entre autre Grand-Sachem-la-Brocante a déjà évoqué ce peintre à l'occasion de présentation de livre, d'album ou de magazine.

Repost 0
Grand-Sachem-la-Brocante - dans Philatélie
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du Grand-Sachem-la-Brocante
  • Le blog du Grand-Sachem-la-Brocante
  • : A travers des objets de peu de valeur chinés dans les brocantes et sur les vide-greniers, le Grand-Sachem-la-Brocante s'amuse à réveiller le souvenir des indiens de bandes dessinées et de cinéma qui peuplaient les grandes prairies imaginaires de son enfance
  • Contact

Recherche

jetez un oeil sur le défi à Grand-Sachem

challenge-red-power2.jpg

Archives

Les tribus alliées

 

a teppe

Teppee17, à travers ses collections, ses témoignages

nous amène à la rencontre des

indiens d'Amérique du Nord ou Natives Américans

 

 


Férocias le frère latino de Grand-Sachem
Qui accueille dans son blog
nos Frères du Sud

 

KitCarson.jpg

Dans la vraie vie Kit Carson a causé du tort aux indiens

Sur la Grande Toile, Kit2000 et Tatoopf

nous offrent le meilleur du western populaire

 

 

 

 

Fénimore rend homage à ces illustrateurs
qui ont fait le bonheur de Grand-sachem quand il était papoose.


folfaery.jpg

Folfaery lit des livres que Grand-Sachem
vous recommande


Catlin
Les Timbres de Krystel
Le Blog Vaillant-Pif de l'Apache